Une passe c’est un couloir, un chenal, un passage entre l’océan et les lagons. Bien plus qu’un simple détail géographique, une passe c’est avant tout, la concentration et la transmission de la vie.

Tiputa ou « La vie d’une passe »Dans l’archipel des Tuamotu, à une heure d’avion de Tahiti, Rangiroa s’offre le luxe d’être le 2ème plus grand atoll au monde. Près de 1450 km carrés de dégradé de bleu, bordé de deux îles principales… Deux villages qui se font face, et au milieu, la fameuse passe de Tiputa autour de laquelle toute la vie de Rangiroa s’organise. Cette passe est essentielle pour la vie du lagon, mais elle régule aussi bien la vie animale sous l’eau que celle des hommes sur les rives.

Quatre personnages nous font vivre Rangiroa.

Benoit le pêcheur, est un joyeux drille, Il n’aime pas trop penser au lendemain. Cet apnéiste, pêche chaque jour par trente mètres de fond au milieu des requins pour nourrir sa famille. Fidèle à l’esprit d’antan, il vit sa bonne humeur au présent. Un état d’esprit que semble partager la population de Tiputa.

Simbad le marin a suffisamment navigué, il s’est ancré définitivement à Avatoru (en face de Tiputa) pour devenir moniteur de plongée. Cet homme placide a le « Mana » avec les dauphins sauvages de cette passe. Depuis quelques années, un étrange phénomène secoue le petit monde de la plongée à Tiputa. Un groupe de dauphins sauvages a décidé de rentrer en contact avec l’homme. Ce ne sont pas des dauphins captifs ou un dauphin ambassadeur, ce sont des dauphins parfaitement libres, maîtres de leur univers et de leurs décisions…

Hugo, le pharmacien italien, a tout quitté il y a vingt ans. Comme les autres plongeurs, il est tombé immédiatement amoureux de cette passe. Alors il s’est installé ici et a créé son propre club de plongée.

Yan Hubert cède lui aussi quotidiennement aux sirènes de Tiputa. Ce naturaliste plonge depuis l’âge de 12 ans et a consacré sa vie à la prise de vue sous marine, parcourant les océans du monde entier. Installé depuis une vingtaine d’année à Rangiroa, il photographie les fonds polynésiens, pour décrypter leurs secrets.

La fameuse passe de Tiputa … La legende dit qu’elle était percée par deux jumeaux, Moana Tea « l’ocean paisible » et Moana Uh « l’océan déchainé ». Longue d’un kilomètre, sur 300 mètres de large, sa profondeur peut atteindre 60 mètres… C’est un véritable tuyau, dans lequel le courant change de sens toutes les 6 heures !

Ce rythme règle les plongées. Elles se font toujours avec le courant entrant, pour ramener les plongeurs vers le lagon. Ce va et vient du courant, joue un rôle essentiel pour la vie dans le lagon. Il lui apporte des nutriments, renouvelle ses eaux et le nettoie de ses sédiments. Dans les eaux de Tiputa, chaque espèce de poissons a ses habitudes pour se nourrir, pour survivre. Un must pour les observateurs et les rencontres magiques si chères à Simbad. Dans sa migration, la vie animale s’y concentre, ce qui en fait un haut lieu de prédation, mais aussi de rencontres et de reproduction.

Un documentaire réalisé par Christian Arti
Une coproduction : Polynésie 1ère / Bleu Lagon / Grand Angle

Source : http://polynesie.la1ere.fr/emissions/horizon-pacifique/actu/horizonpng-1er-octobre-tiputa-ou-la-vie-d-une-passe.html