Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, bonsoir!

Tout d’abord, au nom des membres du SPAPF, premier syndicat de producteur audiovisuel de la Polynésie française, je tiens à vous remercier d’avoir accepté de nous honorer de votre présence à cette soirée organisée dans le cadre du FIFO 2008. Je souhaite également remercier le Comité d’organisation du FIFO qui a généreusement mis à notre disposition ce bel espace au cœur du Village FIFO.

L’année dernière Emmanuel PRIOU, président d’honneur du SPAPF, producteur notamment de « la marche de l’empereur », rencontré ici au FIFO nous disait:

« Si les professionnels de l’audiovisuel tahitiens souhaitent développer la production audiovisuelle sérieusement, il faut que chacun se spécialise dans son domaine de prédilection et qu’ensuite l’ensemble de ces compétences se rassemble sur un seul et même projet ».

C’est sur ce constat que le Syndicat des producteurs audiovisuel est né, regroupant quatre entités, employant onze salariés et faisant appel à plus quarante prestataires de services, dont des jeunes professionnels, chaque année.

2007 a été une année charnière pour la production audiovisuelle locale, riche en événements et en premières :

Tout d’abord, l’annonce faite ici, au FIFO, il y a un an du premier fonds de soutien polynésien : l’APAC (l’aide à la production audiovisuelle et cinématographique) ;

La mise en place de celle-ci par Teva ROHFRITSCH, alors ministre de l’économie, qui a été a l’origine de la première réunion interprofessionnelle.

Le vote à la presque unanimité de cette aide par nos représentants à l’assemblée de la Polynésie française ;

Puis la première commission de l’APAC, présidée par Mr Gilles TEFAATAU, ministre de l’industrie et des PME à laquelle ont participé les équipes de Mr Jacqui DROLLET, Ministre de la culture et Mr Marc COLLINS, Ministre du tourisme et Tea HIRSHON, membre de l’assemblée de la PF, avec l’aide du SDIM permettant à 6 scénarii, 2 productions en développement, 15 productions et cet incontournable événement qu’est devenu le FIFO d’être aidés.

La conception d’un diplôme universitaire par l’Université de la Polynésie française, présidée par madame Louise PELZER, avec le service de la formation continue, en partenariat avec l’association ACTION, qui est en attente de financement.

Tout en s’appuyant sur :

Le soutien indéfectible du Gie Tahiti tourisme et de sa directrice Dany Panero aux productions audiovisuelles locales ayant un impact à l’international.

La refonte du Tahiti film office, organisme d’accueil des tournages, dirigé par Hinano BAGNIS, qui a su être un interlocuteur institutionnel à la hauteur de nos attentes ;

Le travail de longue haleine réalisé par notre député Michel BUILLARD pour que nos auteurs et nos œuvres soient reconnues par le CNC.

Je remercie tous ces partenaires d’avoir été à notre écoute et d’avoir contribué à ce fantastique bilan concernant l’audiovisuel en Polynésie française en 2007, et je vous demande de les applaudir.

Tous, FIFO, institutionnels, diffuseurs, partenaires privés, professionnels, jeunes, organismes de formation, nous nous sommes engagés ensemble sur le chemin du développement de l’industrie audiovisuelle polynésienne.

Nous avons souhaité organiser cette soirée pour vous en remercier, pour que nous continuions ensemble sur cette voie.

Et puisque tout se qui a attrait à l’audiovisuel polynésien prend naissance, ici, lors du FIFO, j’aimerai alors formuler nos souhaits pour l’année prochaine :

Que l’APAC devienne pérenne

Que le diplôme universitaire aux métiers de l’audiovisuel de l’Université de Polynésie Française voit le jour.

Que de plus en plus de productions locales soient présentes au FIFO, quelles soient diffusées sur RFO et TNTV, mais aussi à l’international.

Que le droit d’auteur audiovisuel, et notamment des œuvres diffusées sur TNTV, soit reconnus ;

Que nos efforts d’équipement professionnel soient soutenus par des mesures d’incitations fiscales ;

Que le CNC reconnaisse les producteurs et les productions locales

Pour finir, je souhaite une longue vie au FIFO, en remerciant Wallès KOTTRA, Heremoana Maamaatuaiahutapu, Michel KOPS, Pierre OLLIVIER, et leurs équipes, d’avoir été et d’être le catalyseur de la production audiovisuelle en Polynésie française.

Je vous souhaite de passer une excellente soirée.

L’album photos